« La femme de Saint Pierre »

C’est le titre d’un livre d’Armel Job (Editions Labor), composé de douze récits sur des personnages secondaires des évangiles.
Plein d’humour, décalé, il montre une sorte « d’envers du décor », à travers des personnages qui pour certains n’ont guère connu Jésus.
Comme ce disciple de Jean-Baptiste (« le plongeur ») qui comprend pourquoi celui-ci a continué à baptiser au lieu de suivre Jésus, trop différent.

Une occasion de voir d’un oeil nouveau des épisodes bien connus, de Nazareth à la croix.

Additif le 13 mai: Je n’avais pas achevé le livre quand j’ai écrit, enthousiasmé, le commentaire ci-dessus. Les deux derniers textes du livre sont malheureusement, à mon avis, nettement inférieurs, et si tout le livre avait été de ce niveau je n’ en aurais pas parlé. Le récit qui donne son titre au livre, l’avant-dernier, pose une question intéressante mais est un peu forcé je trouve. Quant au dernier texte, on peut regretter que l’auteur n’ait pas suivi l’excellente piste proposée par le père Bruckberger (Marie-Madeleine, femme hellénisée); et supposer que Jésus et elle ont eu une relation sexuelle en public ne me paraît pas finir le livre en beauté.

L’idée que les femmes suivant Jésus étaient des prostituées, que l’on retrouve dans plusieurs des textes, est nettement contraire au chapitre 8 de l’évangile de Luc, qui mentionne notamment la femme de l’intendant d’Hérode.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s