Bible « pour aujourd’hui »

A la messe quotidienne à laquelle je participe, il arrive que l’on me demande de lire la première lecture.

Ayant en tête le cas de jeunes intéressés par le christianisme, je deviens très sensible à ce qu’il y a d’incompréhensible ou de faux dans certains textes bibliques, et notamment dans divers passages des épitres de Paul.

Je n’accepte pas d’être le lecteur lorsque le texte est vraiment insatisfaisant.
La traduction est souvent en cause; mais aussi les affirmations même de Paul.

Une Bible « pour aujourd’hui » devrait me semble-t-il présenter seulement les affirmations de Paul qui sont exactes, en les rendant claires. Et une version simplifiée, clarifiée, devrait également en être établie à destination des enfants du catéchisme.

J’ai essayé de faire cela sur le texte lu ce mardi de la 29° semaine (Romains 5,12-21), texte assez « gratiné » puisqu’il parle à la fois du péché d’Adam et du fait que la mort est entrée dans le monde à cause du péché: deux aspects qui sont largement discutés au sein de l’Eglise.

Voir en http://www.plestang.com/chribauj.php.

Publicités

« La femme sera sauvée en devenant mère » (1 Tm 2,15)

Voilà un passage de l’écriture qui, s’il était sour la plume d’un théologien, lui vaudrait certainement des accusations d’hérésie.
Nous l’avons lu en groupe Bible et sommes tombés d’accord que ce texte n’est pas acceptable; pas conforme à notre foi !

« La femme sera sauvée (cependant) par la maternité. »

Les bons esprits expliqueront que ce n’est pas cela que l’auteur (Paul ou autre) veut dire… Mais alors, qu’entend-il ici par « sauvée »? On fera valoir le contexte: il s’agit de maintenir de l’ordre dans les communautés; la femme doit rester en retrait.

Mais « sauvée », tout de même ! Ce n’est sans doute pas un hasard si l’ensemble du passage, sur les femmes qui doivent rester « à leur place », n’est jamais lu dans la liturgie.

Là, c’est vraiment « un pas trop loin »: une écriture qui dit le contraire de ce que nous croyons!

Que faire? Que penser?