« Pas à cause du péché » (Ephésiens 1)

Royannais, dans son commentaire du début des Ephésiens, attire l’attention sur le fait que la théologie sous-jacente est un projet de Dieu concernant les hommes:

« Il nous a choisis avant la création du monde, pour que nous soyons, dans l’amour, saints et irréprochables sous son regard. Il nous a d’avance destinés à devenir pour lui des fils par Jésus Christ. » (Eph 1,4-5)

La venue de Jésus est prévue depuis l’origine.

« Le Fils ne débarque pas dans l’histoire des hommes à cause du péché. Elle n’est pas heureuse la faute qui nous aurait valu un tel rédempteur, car quoi qu’il en soit de cette faute, le projet d’adoption filiale lui est antérieur. »

Ce qui rejoint en quelque sorte ce que j’expose dans « Le fait Jésus ». Il y a péché, mais il y a surtout montée dans l’amour.

Publicités

« Le crois-tu? »

Encore un nouveau blog que je crée …, « Le crois-tu? », centré sur le contenu de la foi.
Il y aura des sujets communs avec ce blog-ci, évidemment.
Son URL: http://croistu.wordpress.com/

Un des premiers articles: sur la conception virginale de Jésus, et ce que j’en pense.

Mais aussi: dites en commentaire ce que vous en pensez!

666.. La gloire du mal

Dans un vieux billet de « Garrigues et Sentiers » sur lequel je tombe, René Guyon propose une interprétation du 666 de l’Apocalypse qui va bien avec le « 153 » des poissons tirés du lac.

Je vous laisse aller voir :  www.garriguesetsentiers.org/article-15804475-6.html

L’idée est d’utiliser la « gématrie »: « TOV » (le bien ») a pour valeur numérique 17; et la somme des 17 premiers nombres entiers est 153.

Le mal se dit « ra », et sa valeur numérique est 36; la somme des 36 premiers nombres… est 666 !

Mais allez plutôt lire l’article, qui est détaillé.

Sans paroles? (Le fils retrouvé)

G. me fait remarquer que lorsque le fils « prodigue » retourne près de son père (Luc 15,20-24), le père ne lui parle pas ! Il parle aux serviteurs; ensuite il parlera à l’autre fils. Ce fils là, il l’embrasse, et ne parle pas.
Qu’aurait pu répondre le père, à ce fils qui dit n’être plus digne d’être appelé son fils? Intéressant silence.