Une exposition itinérante remarquable

Ma paroisse, et la paroisse protestante voisine, accueillent cette quinzaine une exposition biblique remarquable, basée sur une vingtaine de tableaux de grands maîtres. Des guides audio et papier très bien faits (commentaires de qualité, références bibliques), ainsi qu’un jeu/quiz pour enfants sont proposés; et il y a aussi une belle sélection de livres que l’on peut acheter (grâce à « La Procure » locale).

Ls guides audio existent en 3 versions: adultes, ados et enfants. Et pour accueillir les groupes, un CD peut être diffusé par hauts parleurs…

Une vraie réussite; j’ai été bluffé: chaque tableau est commenté autant sous l’angle artistique que biblique. Les commentaires sont nuancés, enrichissants, complets.

J’ai pensé, en regardant cette exposition, à l’excellent livre de Bérénice Levet « Le musée imaginaire d’Hannah Arendt », où elle écrit notamment à propos du « Jugement de Salomon » de Nicolas Poussin: « Le peintre a synthétisé en une seule image les différents moments qui composent cet épisode (…). La tension dramatique y est à son comble ».

Vous pouvez voir le principe de cette exposition sur ce site.  L’expo est louée; elle est installée et accompagnée par des bénévoles locaux, qui distribuent aussi les écouteurs.
Merci à tous !

Publicités

Genèse (Jacob etc.) : deux attitudes de lecture

En lisant le livre de la Genèse dans le cadre de notre groupe Bible, je m’aperçois qu’il y a au moins deux attitudes possibles face à ces textes, et par exemple face à l’histoire de Jacob et de ses femmes.

Une attitude est de se centrer sur l’essentiel (à mes yeux): Dieu crée un peuple, et par ce peuple nous aurons la connaissance progressive de son amour. Pourquoi a-t-il choisi Jacob? C’est son choix: il fallait bien choisir quelqu’un !

L’autre attitude, plus méfiante, et attentive surtout aux détails étranges de l’histoire (p.ex. les stérilités à éclipse des femmes de Jacob), voit les bizarreries du texte et garde donc un certain scepticisme sur toute ce récit: quel est ce Dieu qui manipule les hommes « comme des pions »? Où est notre liberté?

Comment répondre? Sommes-nous des pions entre les mains de Dieu? Je ne le crois pas. Nous sommes des enfants qu’il éduque, et un peuple (l’humanité) au sein duquel il choisit selon ses vues.
Les détails, du genre stérilité, correspondent sans doute aux besoins des lecteurs initiaux du texte; tant mieux si on peut retrouver le sens spirituel ou moral qui est derrière (il y en a sans doute un). Sinon tant pis ! Mais ils affirment en tout cas la liberté de Dieu! Liberté qu’il est bon d’accepter, dans notre relation confiante avec lui.

Jésus s’est-il ressuscité lui-même?

La plupart des textes parlant de la résurrection de Jésus disent que « Dieu l’a ressuscité ».

Il y en a tout de même au moins 4 qui disent, d’une façon ou d’une autre, qu’il « s’est relevé », donc en somme qu’il s’est ressuscité lui-même: Romains 6,4; 1 Co 15,12 et 15,20; et 1 Th 4, 14 (j’ai trouvé ces références par une note de la NBS en 1 Th 4,14). A moins bien-sûr qu’on comprenne ces passages comme voulant dire « Après que Dieu l’ait ressuscité, il s’est levé » !

Spontanément, pour moi, Jésus, étant Dieu, se ressuscite lui-même ! Si on dit que « Dieu l’a ressuscité », il me semble qu’on voit trop le corps humain de Jésus; et on voit « Dieu » comme extérieur à Jésus !

Donc pour moi, c’est dire « Dieu l’a ressuscité » qui n’est pas tout à fait exact: n’a pas de sens…

Et puis… il me revient ce passage de St Jean (10,17-18): « Je donne ma vie, pour la reprendre. 18. Personne ne me l’enlève ; mais je la donne de moi-même. J’ai pouvoir de la donner et j’ai pouvoir de la reprendre. »

Il s’est relevé !

PS: Pour pousser un peu le bouchon, les textes qui disent « Dieu l’a ressuscité » ne correspondraient-ils pas à une perception encore incomplète de la divinité de Jésus?! … Les biblistes me corrigeront !

PS 2 – Ma femme Catherine me signale un excellent article de blog sur la question: https://www.scholasaintmaur.net/qui-a-ressuscite-jesus/