2 Maccabées, résurrection

On parle souvent de 2 Maccabées 12, qui est le seul exemple de prière pour les morts dans le Premier Testament (C’est parce que les protestants ne reconnaissent pas ce livre comme biblique qu’ils ne prient pas pour les morts).

Les allusions à la résurrection des morts sont pour leur part relativement peu nombreuses dans le Premier Testament. Il est intéressant de noter que 2 Maccabées 7 (le martyre des sept frères en présence de leur mère) en contient un bel exemple, et en plusieurs versets: 9, 11, 14, puis 23, 29 et 36 !

Plus généralement, à propos des « deutérocanoniques », je trouve ce long texte, sans doute ancien mais assez complet:

https://www.gloria.tv/article/7SVBAXwo9hvy2K7NeRZpMEtGS

Publicités

Retour sur le Notre Père

A l’occasion de la mise en place prochaine du « nouveau Notre Père » (« ne nous laisse pas entrer en tentation », où le mot « entrer » est au minimum ambigu), j’essaie ci-dessous d’expliquer comment se pose la question.

En résumé – La meilleure traduction serait à mon avis: « Ne nous laisse pas succomber à la tentation ». C’est le même texte grec qu’à l’agonie: « Priez pour ne pas succomber à la tentation ».

Le texte latin du Notre Père n’est pas changé – et n’est pas satisfaisant non plus:  « ne nos inducas in tentationem » (« ne nous fais pas entrer »?)

  • En français on disait, jusqu’à 1966,  « Ne nous laissez pas succomber à la tentation » qui était me semble-t-il tout à fait correct. Puis on a dit, jusqu’à cette année:  « Ne nous soumets pas », qui était discutable.
  • Et voici que maintenant on va dire  « Ne nous laisse pas entrer en tentation », qui n’est pas clair.

Qu’est-ce que « entrer en tentation » ?

Jésus a été poussé au désert par l’Esprit pour y être tenté par le diable (Mt 4,1).
L’épitre de Jacques, de son côté, affirme: « Que personne ne dise, lorsqu’il est tenté : C’est Dieu qui me tente ; car Dieu ne peut être tenté par le mal, et lui-même ne tente personne » (Jacques 1:13).

La traduction en vigueur jusqu’à cette année (« ne nous soumets pas ») était ambigüe et non vraiment « fausse ». Selon la façon dont on la comprenait, elle était juste, ou non:
– Ce n’est pas Dieu qui tente (au désert, c’est le diable qui tentera Jésus).
– Mais dans certains cas, notre chemin spirituel nous fait affronter des tentations; elles ne nous sont pas toujours épargnées. Et celui qui y est soumis peut dire au Seigneur: « S’il-te-plaît, ne me soumets pas à ces situations«  – en ajoutant ensuite, comme Jésus: « Mais que ta volonté soit faite, et non la mienne ».

Il s’agit donc à la fois que Dieu nous évite les situations de tentation, « ne nous conduis pas trop vers des tentations », et que « nous ne nous soumettions pas » à ces tentations, c’est à dire que nous ne cédions pas, face à une tentation !
C’est sans doute cela que veut dire « entrer » dans la tentation, dans la nouvelle traduction: cela voudrait dire accepter la tentation: pécher. Mais ce n’est pas clair.

Remarques complémentaires:
– En grec c’est eisfero: « ne nous emporte pas dans l’épreuve » !!
– Jésus, lors de la passion, dit aux disciples: « Priez pour ne pas entrer (être emporté) en tentation » (Luc 22,40) – Exactement le même verbe et le même substantif que dans le Notre Père. L’utilisation du mot « entrer » n’est pas bonne non plus à cet endroit; est ambigüe.

Voir le flyer que j’ai préparé en http://www.plestang.com/blog/2017/le-nouveau-notre-pere .

Complément 1: Il reste, en Mt comme en Lc, le fait que le texte grec dit « Ne nous fais pas entrer.. » (cf traduction NBS, en général la plus fidèle). L’explication a été donnée en 1969 par le père Carmignac (cf  cet article): l’original araméen (dont il suppose l’existence) utilisait d’après lui une formule « factitive », « fais que nous n’entrions pas« , qui a été mal interprétée en grec.

Complément 2: Le père Carmignac (pp. 72-73) distingue nettement, en prenant des exemples, « entrer en tentation » de « entrer dans la tentation ». Pour lui « entrer en tentation » signifie « commencer à être tenté », alors que le texte grec parle de « pénétrer à l’intérieur de la tentation ».
J’en conclus que la traduction nouvelle n’est pas vraiment correcte. Dans mon « flyer » cité plus haut j’avais, de fait, insisté sur « entrer dans la tentation », seule façon me semblait-il de décrire correctement la situation.
Il faudrait donc dire: « Ne nous laisse pas entrer dans la tentation« . mais c’est peu élégant en français; cela dit c’est le même nombre de syllabes qu’actuellement – si on élide le « e » de « laisse ».
Le père Carmignac propose « Garde-nous de consentir à la tentation« .

Et au total il demeure un problème « biblo-théologique »: ou bien Matthieu et Luc sont « faux » (en disant « ne nous fais pas entrer »), ce qui veut dire qu’il y a des « erreurs » dans l’écriture (il y en a d’autres, mais qui sont plutôt liée à ce que les textes sont « datés », « anciens »: exemple le retour prochain du Christ).  Ou bien ils sont « justes », avec deux conséquences:  i. C’est Jacques qui est faux (!)  et ii. Notre théologie sur le rôle de Dieu dans le mal est à revoir… Impossible? Relisez Isaïe 45,7: « Je fais le bonheur et je crée le malheur; c’est moi, le SEIGNEUR, qui fais tout cela. »
Je vous laisse méditer. Mais il est vrai que « mal » et « malheur » ne sont pas la même chose – pas la même chose du tout ! Un « malheur » apparent peut être pour notre bien.

Au total retenons que le texte grec de Matthieu et de Luc (provenant peut-être tous deux de la source commune « Q ») comprend, sauf élément nouveau, une « erreur de traduction »…

Additif  10.10.18: Un prêtre entendu aujourd’hui propose « Rends nous forts dans la tentation »… Interessant. Mais ce n’est plus une traduction.

Rom 7,14-24 « Malheureux homme… »

Fine analyse de ce texte par François Lestang dans un MOOC du Chemin Neuf.

Dans ce texte il ne s’agit pas – on le sait en général – du chrétien. Mais François montre, en deux colonnes, que ce sont à la fois la situation du juif et celle du païen (grec ou romain) qui sont décrites ! Avec de belles citations d’auteurs grecs anciens, où l’on retrouve la même réflexion !