Nul ne va au Père que par moi (Jean 14,6)

La traduction liturgique, contrairement à la plupart des autres, dit: « Nul ne va au Christ sinon en passant par moi »; au lieu du simple « sinon par moi ».

Cela peut changer considérablement le sens, et surtout les conséquences théologiques que certains voudront en tirer.

Il s’agit du salut des non chrétiens.
Dire qu’il faut « passer par le Christ », cela peut se comprendre comme exigeant une conversion: il faudrait passer par la reconnaissance du Christ comme sauveur personnel pour accéder après la mort à la vie auprès du Père.

Alors que la phrase veut peut-être dire: c’est par le salut que j’apporte, par mon incarnation, ma mort et ma résurrection, que les hommes peuvent aller vers le Père. J’apporte le salut. Certes, moi seul l’apporte; mais il est pour tous.

Et enfin on peut comprendre aussi cette phrase comme signifiant: Je vous montre la voie par laquelle on peut aller vers la vie en plénitude – aimer comme j’ai aimé, aller jusqu’à la mort par amour. Nul ne peut entrer dans l’amour infini sinon par la croix, en vous appuyant sur l’exemple que je vous ai donné.
Ce n’est pas réservé aux chrétiens; et en fait peu de gens atteignent sur terre cette plénitude de vie dans l’amour.
Mais on peut quand même « espérer pour tous » (cf. mon livre « Le fait Jésus » ).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s